Basket : comment progresser au shoot ?

Le tir est évidemment une part importante du basket. Sans le maîtriser, vous ne pouvez pas marquer de paniers et donc, gagner. Le tir n’est pas quelque chose d’innée et seul un travail de longue haleine vous permet de devenir un grand shooteur. Même si vous jouez dans un club, vous avez tout intérêt à vous entraîner lors de séances spécifiques.

Le travail crée la routine

Si vous achetez des billets pour un match de basket pro, vous pourrez voir lors de l’entraînement les joueurs enchaîner les paniers. On voit bien à quel point le tir est devenu une habitude. Le geste est fluide, les pieds sont bien placés et toute la mécanique n’est qu’automatismes.

Pour devenir un bon shooteur, il est donc obligatoire de longtemps s’entraîner pour que le geste soit un réflexe. Pour ce faire, le mieux est de vous procurer un panier de basket comme sur ce site et de faire des sessions régulières. Idéalement, faites entre deux ou trois entraînements par semaine dédiées aux tirs. Vous n’avez pas besoin de faire des efforts physiques intensifs, mais un minimum de mouvements est nécessaire.

Des séances de shoots efficaces

La séance de shoots doit vous permettre de revivre les sensations que vous aurez en match. S’il est évidemment compliqué d’avoir un ami qui sert de défenseur et impossible de revivre le stress de la fin de chrono ou du public qui vous regarde, vous pouvez sortir de votre zone de confort.

Celle-ci consiste souvent à tirer au panier en marchant, sans effort, en se contentant d’être en périphérie du panier. En faisant ainsi, beaucoup de joueurs développent une belle routine pour marquer des 3 points uniquement à l’entraînement…

Pour commencer, variez les distances. Qu’importe votre poste sur le parquet, vous serez amenés à tirer depuis toutes les zones du terrain, sauf les grands pivots qui ne jouent qu’à l’intérieur de la raquette.

Ce constat doit donc vous convaincre de faire des tirs proches du panier, à droite, à gauche, en face, puis d’aller plus loin. Tentez également d’autres tirs comme ceux dos au panier ou des simples lay-up qui semblent faciles mais qui, le jour où vous les loupez en étant seul sur une contre-attaque, peuvent vous faire sentir affreusement seul sur le terrain.

En outre, soyez toujours en mouvement. Si vous marchez pendant vos séances, vous n’aurez jamais des problèmes de respiration comme en match ou le sentiment d’urgence qui anime un joueur quand il voit le défenseur revenir sur lui pendant qu’il arme son tir.

Faites également des petits dribbles : deux pas en arrière et puis tir en suspension, feinte de démarrage suivi d’un tir, pénétration jusqu’à mi-distance puis on s’élève pour tirer… Bref, revivez les actions en match.

Selon vos faiblesses ou votre position en match, axez votre entraînement sur certaines thématiques. Pour un joueur intérieur qui se rêve en O’Neal, il y a des dizaines mouvements à maîtriser comme le bras roulé, les mouvements à droite ou à gauche, les feintes de tir, les lancers francs…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *