Comment se préparer à un stage d’entrainement ?

Si vous avez la chance de participer à un stage d’entraînement, vous chercherez assurément à en retirer tous les effets positifs sans vous encombrer des effets négatifs. Les stages qui offrent un volume d’entraînement important peuvent en effet être épuisants et amener leurs adeptes à négliger le développement de certaines qualités physiques.

Profitant d’une plus grande disponibilité, d’un moins grand stress lié aux études, au travail ou à la famille et de la présence de camarades d’entraînement, vous voudrez certainement vous concentrer sur le volume et développer votre endurance. En conformité avec les principes d’entraînement – l’alternance et la périodisation -, structurez votre entraînement selon le plan pluri-hebdomadaire en sept phases , de manière à orchestrer l’ « opposition de charge» et les périodes de repos.

L’idée est de vous allouer une période de repos juste avant et juste après le stage et de varier la nature du stress d’entraînement en faisant des séances où les fractions d’effort sont de très grande intensité à deux moments clés .

Sachant que vous aurez l’occasion de vous entraîner« en endurance » pendant le stage, vous avez intérêt à mettre l’accent sur le développement de qualités physiques qui se situent dans un autre registre, principalement l’endurance.

Réduire la fatigue, pas la forme

Certes, les séances d’entraînement améliorent la condition physique, mais elles induisent immanquablement une certaine fatigue. Ce qu’on cherche à faire dans les jours qui précèdent une compétition importante, c’est de réduire le niveau de fatigue tout en maintenant la condition physique. Le meilleur schéma d’affûtage est donc celui qui «repose» beaucoup et « désentraîne » peu.

Ce que les études scientifiques nous apprennent

Dans la cinquantaine d’études scientifiques qui ont été effectuées jusqu’à maintenant sur l’affûtage, on a surtout cherché à savoir si c’est le volume ou bien l’intensité des séances qu’il faut réduire dans les jours qui précèdent l’événement important. Il n’y a plus de doute dans l’esprit des scientifiques: le meilleur affûtage comprend une diminution importante du volume d’entraînement à intensité faible et le maintien du volume d’entraînement à intensité élevée. Malheureusement, beaucoup d’athlètes et d’entraîneurs ne le savent pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *